Rencontre avec Alain, volontaire du pôle Insertion

Passionné par les parcours de vie, Alain a décidé, après sa carrière dans l’enseignement, de s’investir bénévolement chez Convivial au sein de l’équipe d’insertion socioprofessionnelle. Pour lui, démarrer un nouveau projet professionnel doit passer d’abord par un travail de connaissance et d’estime de soi. Rencontre avec Alain.

Comment avez-vous rejoint Convivial ?

alainJ’ai travaillé dans l’enseignement en tant que conseiller dans des écoles techniques et professionnelles pour les jeunes en décrochage. En fin de carrière, j’avais envie de rester actif et de poursuivre ce travail de réflexion sur le parcours des personnes. Les parcours de chacun sont toujours passionnants.  Comme dit Paolo Cuelho, « l’extraordinaire se trouve sur le chemin des gens ordinaires ». Passionné par les voyages et les rencontres avec les gens qui viennent d’ailleurs, j’ai découvert les activités de Convivial et j’ai décidé de prendre contact avec eux.

Que faites-vous chez Convivial ?

J’ai rejoint l’équipe de l’insertion socioprofessionnelle. Les 6 premiers mois, j’ai pris mon temps pour bien connaître les gens avec qui je travaillais, collègues et bénéficiaires, et pour  m’approprier la réalité de Convivial. Progressivement, j’ai rejoint comme animateur les groupe de remobilisation qui rassemblent des bénéficiaires qui rencontrent des obstacles dans leur parcours d’insertion.

Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer ?

Je ne connaissais pas la réalité du public de Convivial. Ces personnes ont souvent des parcours terribles et sont souvent encore fortement préoccupées par des urgences, ce qui les empêche de se pencher sur leur projet dans leur nouveau pays d’accueil. Imaginez-vous si demain, vous deviez fuir la Belgique et vous retrouver dans un pays que vous ne connaissez pas du tout…

Comment avez-vous travaillé avec ces bénéficiaires ?

Ce qui m’a très vite frappé, c’est  que malgré toutes ces difficultés, ils sont déterminés et très motivés. Ce qui constitue un frein c’est leur perte d’estime de soi suite à leur parcours. Avant d’entamer un projet de formation ou professionnel, il est essentiel de se connaître et d’avoir confiance en soi. Ensemble, nous avons donc réalisé un travail de valorisation de leurs expériences de vie. Par exemple, le fait d’être arrivé jusqu’ici montre leur extrême débrouillardise. Je leur apprends à mettre toutes ces expériences en valeur pour qu’ils reprennent confiance en eux. Ce travail sur soi est essentiel. Ce n’est qu’après qu’on peut entamer une réflexion sur le projet professionnel en regard des compétences et expériences professionnelles. Comme dit Denis Pelletier : “Choisir c’est un combinaison de 3 facteurs : ce que je suis , ce que je sais, ce que je peux”.

Envie de rejoindre l’équipe des volontaires de Convivial ? Découvrez les profils recherchés en ce moment.

Convivial © 2019 All Rights Reserved

Mouvement d insertion des Réfugiés - Rue du Charroi 33-35, 1190 Bruxelles - T 02 503 43 46

UA-140129052-1